Mon livre : Orpheline

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mon livre : Orpheline

Message par Rivière le Dim 25 Oct - 19:19

Rappel du premier message :

Voici le début de mon livre bonne lecture!


Prologue

13 ans, je me nomme Astride Wortel, normande. Je vis dans une demeure en Calvados, qui se situe en Normandie. La vie y est simple. Je jouais avec ma grande sœur Paula dans le bois du village. On jouait à cache-cache et quand on se trouvait, on se roulait par terre et on rigolait ensemble. Puis nous nous arrêtâmes un moment pour reprendre notre souffle. Comme on était en automne, les feuilles sèches se mêlaient à mes longs cheveux noirs. Soudain le portable de Paula sonna, elle décrocha et parla longtemps, si longtemps que je m’éloignais dans le bois et regardais les arbres les plus merveilleux, les plus bizarres, les plus grand et les plus gros. Je touchai leurs écorces rugueuses. Je souriais car j’adorais la nature qui est si belle en soi. J’entendis la voix de Paula qui m’appelait. Je retournai sur mes pas et arriva devant elle.
«  Qu’est-ce qu’il y a ?
─ Il faut que l’on parte.
─ Pourquoi ? On est bien ici, non ?
─ Ordre des parents, petite bêta !
─ D’accord… », dis-je en baissant la tête.
Je rentrais à la maison accompagnée de ma sœur en trainant des pieds. Quand j’ouvris la porte d’entrée, des valises étaient posées sur la table du salon. Je m’étonnai car je ne me rappelai  pas qu’on aller quelque part. Maman apparut devant moi avec un sourire triste.
« Nous partons chez Tante Maggie.
─ Pourquoi as-tu l’air si triste ?
─ Elle est décédée cette nuit. Je viens juste de l’apprendre.
─ Je suis navrée que ta sœur soit morte… »
Je n’ai pas connu longtemps Tante Maggie, elle habite si loin. Je n’ai pas eu vraiment de sentiments pour elle mais je pense qu’elle aurait été une dame très sympa. Après cette petite discussion, je montai à ma chambre et prépara une tenue adéquate à la situation. Je pris donc une robe noir courte et un petit gilet blanc. Je mis des boucles d’oreilles argenté en forme de nœud papillon et une paire de ballerines noires. J’ajoutai un collier argenté fin avec un pendentif en cœur sur mon cou. Un peu de maquillage et le tour est joué ! Je descendis en bas, préparai ma petite valise violette et la mis dans le coffre de la voiture. J’entendis Paula qui pouffait derrières mon dos puis rigola plus fort. Je me retournai vers elle et la regarda. Elle portait un jean noir, un T-shirt noir aussi et un blouson en cuir. Je l’interpellai.
« Pourquoi tu rigoles ?
─ Tu es trop ridicule avec tes vêtements !
─ Et toi tu t’ais regardé ?
─ Assez les filles ! Vous êtes aussi belles l’une de l’autres, gronda maman.
Je foudroyai du regard Paula qui levait la tête au ciel. Paula est vraiment des fois surprenante car quand elle est de bonne humeur on peut jouait, discutait avec elle sans problème mais quand c’est à la maison elle cherche toujours des embrouilles avec moi. Ceci dit je l’aime toujours autant. Les affaires prêtes, on partit chez Tante Maggie. Le voyage durait environs 4 heures du coup j’avais pris mon portable pour m’occuper. Je l’avais eu à mon anniversaire, le 18 mai, pour mes 13 ans. Je ne l’utilisais pas souvent juste pour appeler, envoyer des SMS et m’occuper. De temps en temps je regardais l’heure mais cela ne passait pas trop vite alors j’éteignis mon portable, le rangea, je me calai sur mon dossier et ferma les yeux.
Un énorme bruit me réveilla un sursaut, la voiture se retourna et nous étions à l’envers. Sur le moment j’ai cru que c’était un rêve mais je sentis que j’été bien dans la réalité. Je détachai la ceinture de sécurité qui m’avais retenu et sortis de la voiture tant bien que de mal et j’entendis les sirènes des pompiers qui arrivaient vers moi. Ils s’arrêtèrent et me demanda si j’allais bien. Je répondis oui. Je m’asseyais sur l’autre côté de l’autoroute et jouais dans l’herbe j’attendais que mes parents sortent et Paula aussi mais il a fallut longtemps. Paula sortit la première mais avait une blessure au niveau du bras.
Pour les parents, ce fut les pompiers qu’ils les sortirent de la voiture cabossée. Ils étaient recouverts de sang. Une pensée me vient et je courus vers eux. Je pleurais sur leurs corps puis Paula chuchota quelque chose aux pompiers. Quand elle entendu la réponse, elle pleura et se dirigea vers la route. Les pompiers essayaient de la retenir mais elle était tellement furieuse qu’elle les remarqua même pas et les balançait à droite et à gauche. Paula sauta sur le capot d’une voiture qui passait à pleine vitesse et elle fut renverser violement. La voiture s’arrêta et le conducteur sortit de celle-ci. Il se pencha sur le corps mais n’eu pas le temps de l’examiner car les pompiers l’avaient éloigné. J’accouru vers eux et me pencha sur Paula.
« Qui a put la poussée à faire cela ?
─ La mort de tes parents. » dit un pompier.
À cette nouvelle je restais bouche bée et les larmes montèrent à mes yeux. Je m’en allais et me mis à l’écart. Je n’en revenais pas de ce qui s’est passé. J’ai perdu tout ce qui me restait : ma famille, ma tante. Mes grands-parents eux sont morts avant que je sois née. Une femme se posta devant moi.
«Tu vas aller dans un orphelinat. »
Je n’eus même pas le temps de répondre qu’elle m’enfonça dans le bras une seringue. Je criai puis m’endormit soudainement.

Je me réveillai dans un lit moelleux. La pièce qui m’entourait était couverte d’une peinture pastel. Dans cette pièce, s’y trouvait beaucoup d’animaux empaillés et de rangements. Une lampe de chevet allumée était posée sur une petite table à côté du lit. Je l’éteignis et regarda le réveil à coté il était indiqué 1h09, alors je me couchais dans le lit et m’endormit. Je fis un drôle de rêve dont je n’avais pas l’habitude d’en avoir.


Dernière édition par Rivière le Mer 28 Oct - 17:00, édité 1 fois
avatar
Rivière

Messages : 84
Date d'inscription : 25/10/2015

Revenir en haut Aller en bas


Re: Mon livre : Orpheline

Message par Rivière le Jeu 29 Oct - 13:17

comment ça? (c'est vrai que le temps c'est pas mon truc moi je m'y perds)


"Toi. Tu es quelqu'un d'exceptionnel tout comme moi. Si nos talents sont les mêmes alors je te considère comme un frère ou une soeur."
avatar
Rivière

Messages : 84
Date d'inscription : 25/10/2015

Revenir en haut Aller en bas

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

Re: Mon livre : Orpheline

Message par Rivière le Jeu 29 Oct - 13:39

là phrase que tu viens de citer Sadi, ça je m'en fiche complètement moi c'est dans mon livre, et puis j'écris vite aussi et des fois j'oubli de me relire. Sadi je ne cherche pas d'excuses pour faire croire que je suis bonne en français, j'explique c'est tout (on ne sait jamais tu pourrais le croire mais tant mieux si tu ne le croit pas)


"Toi. Tu es quelqu'un d'exceptionnel tout comme moi. Si nos talents sont les mêmes alors je te considère comme un frère ou une soeur."
avatar
Rivière

Messages : 84
Date d'inscription : 25/10/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon livre : Orpheline

Message par Rivière le Jeu 29 Oct - 13:40

Rivière a écrit:la phrase que tu viens de citer Sadi, ça je m'en fiche complètement moi c'est dans mon livre, et puis j'écris vite aussi et des fois j'oubli de me relire. Sadi je ne cherche pas d'excuses pour faire croire que je suis bonne en français, j'explique c'est tout (on ne sait jamais tu pourrais le croire mais tant mieux si tu ne le croit pas)


"Toi. Tu es quelqu'un d'exceptionnel tout comme moi. Si nos talents sont les mêmes alors je te considère comme un frère ou une soeur."
avatar
Rivière

Messages : 84
Date d'inscription : 25/10/2015

Revenir en haut Aller en bas

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

Re: Mon livre : Orpheline

Message par Rivière le Jeu 29 Oct - 13:46

Sadi j'ai personne de l'extérieur qui peut faire comme vous, c'est pour ça que j'ai décidé de vous le montrer pour voir votre avis. Pour les fautes j'étais certaines de ne pas en avoir fait mais en vain je crois que si finalement.


"Toi. Tu es quelqu'un d'exceptionnel tout comme moi. Si nos talents sont les mêmes alors je te considère comme un frère ou une soeur."
avatar
Rivière

Messages : 84
Date d'inscription : 25/10/2015

Revenir en haut Aller en bas

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

Re: Mon livre : Orpheline

Message par Rivière le Jeu 29 Oct - 14:21

oui mais qui?


"Toi. Tu es quelqu'un d'exceptionnel tout comme moi. Si nos talents sont les mêmes alors je te considère comme un frère ou une soeur."
avatar
Rivière

Messages : 84
Date d'inscription : 25/10/2015

Revenir en haut Aller en bas

L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message

Re: Mon livre : Orpheline

Message par Rivière le Jeu 29 Oct - 14:28

il n'y a plus besoin maintenant


"Toi. Tu es quelqu'un d'exceptionnel tout comme moi. Si nos talents sont les mêmes alors je te considère comme un frère ou une soeur."
avatar
Rivière

Messages : 84
Date d'inscription : 25/10/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon livre : Orpheline

Message par Soleil le Ven 30 Oct - 11:41

C'premier chapitre est pas mal. Y'a juste effectivement la coordination des temps. Je peux pas dire que c'est pas assez descriptif parce que moi meme je ne décrit pas détail par détail, mais moi j'y peut rien c'est mon style x) Ça va, c'est un bon début. Beaucoup à relire, refaire, retravailler, mais ça peut le faire. Corrige surtout les fautes d'orthographe, grammaire et conjugaison, quitte à prendre appuie sur quelqu'un.


« Un simple son qu'on te murmure, une larme qu'on efface du bout du doigt, un coeur qui se brise de mille éclats, le néant qui ne devient plus que ce qu'il ressent pour toi. »
avatar
Soleil

Messages : 21
Date d'inscription : 22/10/2015
Age : 17
Localisation : Là où certains croiront me trouver, là où d'autres me trouveront.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon livre : Orpheline

Message par AlbusRaven le Ven 30 Oct - 12:24

C'est le cas, nous partageons nos idées et nos façons d'écrire. Enfin, Lisa l'a fait, après, si tu veux exprimer tes propres méthodes, n'hésite pas.
:')


Echec et mat. Rejouons. -Raven I
avatar
AlbusRaven

Messages : 79
Date d'inscription : 22/10/2015
Age : 100

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon livre : Orpheline

Message par Aella le Ven 30 Oct - 13:10

Le problème Rivière, c'est qu'écrire correctement quand on s'adresse à quelqu'un, c'est une marque de respect et de politesse. C'est pour ça que c'est important pour ton lecteur, même en commentaire. Personne n'a envie de lire quelqu'un qui ne fait même pas les efforts minimaux pour faciliter la compréhension de son lecteur.


Le véritable ennemi est invisible ; c'est celui qui détruit de l'intérieur.
avatar
Aella

Messages : 32
Date d'inscription : 22/10/2015
Localisation : Sur mon rebord de fenêtre. Ou peut-être bien là-bas, sur un toit.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon livre : Orpheline

Message par Invité le Ven 8 Jan - 0:37

Hallo. Bon bon, tu vas en avoir marre des critiques mais c'est grâce aux critiques que l'on s'améliore.

Déjà. De un, dans ton prologue...Dès le début ça cloche: "13 ans, je me nomme Astride..." on ne commence pas un livre par "13 ans". Tu peux dire: "J'ai treize ans et je me nomme Astride" plutôt que "13 ans, je me nomme Astride."
Ensuite, il y a un certains nombres de fautes dont une flagrante et qui m'a un peu brûlé les yeux: "Environs" ... "Environ" ne prends pas de "S" même si le mot, ou dans le contexte, le chiffre est au pluriel.
Il faudrait aussi que tu revois tes conjuguaisons car à certains moments, ça ne va pas DU TOUT. Tu oublies des "S" à la première de l'imparfait comme pour les temps composés. "Tu t'ais regardé ?" ... On dit "tu t'es regardée ?" et encore, ce n'est pas un beau français. On dirait plutôt: "Tu ne t'es pas regardée."
Après, il y a la coordination des phrases. Tu peux pas passer du coq à l'âne et surtout, certaines ont aucun sens. "Je descendis en bas..." forcément ! Tu ne peux pas descendre en haut !

Passons au chapitre 1 car sinon, je vais faire un foutu paragraphe immense et tu ne liras pas tout. Déjà que cela m'étonnerai que tu lises jusque ici.

Encore une fois, les conjuguaisons ne sont pas super. Revois tes temps.
Certaines de tes phrases sont mal formulées. Ensuite, le "je me sentis comme un intrus" non ! Stop. Le protagoniste est une fille et non un garçon. On dit donc: "Je me sentis comme une intruse".
Après après, la protagoniste ne peut pas se faire une super amie et tout dès le début. Elle devrait être un minimum effrayer de se trouver dans cet endroit ! Si tu te réveillais dans un endroit et que tu ne sais pas où tu es, tu ne descends pas tranquillement au réfectoire. Bref, la protagoniste devrait être tellement terrifier qu'elle ne devrait même pas sortir un orteil de sa chambre. Ensuite...Ne mélange pas le passé simple et l'imparfait. Cela créer une faute de coordination des temps et c'est impardonnable. Surtout si on est au collège.
Ensuite, je doute que dès que tu touche un arbre, tu te dis: "Yes ! Ça, c'est MON arbre !" et de plus, l'histoire de "Tu choisis un arbre et si tu es avec une personne, tu deviens inséparable de cette dernière" semble un peu...Comment dire...Tiré par les cheveux.
Ensuite...Une amie ne se moque pas de toi comme ça. Parce que là, même si elle se moque pas, c'est l'impression que ça me donne.
Il y a aussi cette incohérence totale: tout les gosses se retrouvent dans cet orphelinat ? Parce qu'il faut expliquer là. Eléanore qui retrouve son copain comme ça ? C'est tiré TOTALEMENT par les cheveux.

Je m'arrêtes car sinon je vais écrire un roman rien qu'en critique.
Et par pitié, utilise des virgules. Certaines de tes phrases sont trop en "bloc". Le lecteur va donc lire avec amertume ton livre et non avec plaisir.

Bien à toi,
Ten.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon livre : Orpheline

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum