Histoire de Pottermore: Chapitre 8.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Histoire de Pottermore: Chapitre 8.

Message par Ombre le Mar 19 Avr - 16:54

CHAPITRE 8: J'AI DU LE DIVISER EN DEUX MESSAGES, CAR TROP LONG.

La République de Pottermore : l’ultime retour des anciens au pouvoir.


Après la chute des derniers vestiges du passé glorieux de Pottermore, les anciens voient le site tomber dans le néant de l’anarchie. Souhaitant reprendre les choses en main, ils proclameront la République, sous l’égide d’Ombre : ce sera leur ultime effort pour retrouver un peu de l’ancien Pottermore, « comme avant ». Si ce régime connaitra ses grandeurs, l’aventure, qui durera 5 mois (de mi-juin à mi-novembre 2014), sera tumultueuse. Entre une violente guerre entre Gryffondor et Serpentard, le retour de Jupiter souhaitant retrouver son trône, les luttes terribles entre factions extrémistes, dont le fameux clan du perroquet dirigé par Magyar, et l’apparition de nouveaux membres tel que Ten, Phénix, Albus et Reliques, vivez la grande aventure du Conseil Magique.

La République, un régime qui nait dans l’anarchie.
Rappel des faits. Après la révélation de son secret sur Mortel, Ombre met fin à l’Empire Pottermore et laisse le site sans chef, chose qui n’avait pas eu lieue depuis des années. La nouvelle génération d’utilisateurs qui occupe dès à présent Pottermore est laissée à elle-même, pendant que les anciens vivent leur vie sur les nouveaux forums. Du moins pour l’instant…
En effet ce manque d’organisation et d’autorité crée un gigantesque désordre au sein du site : pour beaucoup, les nouveaux sont alors des jeunes immatures ne sachant pas écrire correctement et qui ne prennent pas beaucoup de temps pour en venir aux mains. Les histoires d’amour sont d’ailleurs généralement la cause de la plupart de ces disputes. D’autres utilisateurs font preuve d’une bêtise rarement vue sur le site depuis des cas comme Sha, Aile ou Acajou : à l’image de Phénix de Gryffondor (à ne pas confondre avec celui de Serdaigle), qui crie et spam dans la grande salle « Vive Merlin », en l’agrémentant de « Vive Lancelot », « Vive Arthur », « Vivre Morgane » et « Vive Guenièvre », au point de faire revivre tout Camelot ! Ce qui donne envie à Eternité de piailler partout à qui veut l’entendre son fameux « Vive les crêpes », pendant que Potion de Serpentard pleure car il n’y a pas « Blanche neige » à la télé, que Bébé Line de Poufsouffle annonce avoir tiré la chasse d’eau car elle vient de faire caca et que deux petites aigles s’arrachent les cheveux pour un cavalier lors du prochain bal, tout cela lors d’une de ces fabuleuses batailles de tartes en plein milieu de la grande salle. Pour les anciens, qui sont sur le forum de l’Ecole du Phénix, voir Pottermore sombrer de la sorte est insupportable. Ombre décide alors de reprendre le pouvoir et de proclamer sur le site la République : il est suivi par tous les anciens, comme Cissa, Lionne, Jason, Kalis et Pêche. L’ancien empereur crée le Conseil magique (dont il en est bien sur le président), qui sera l’organe qui dirigera Pottermore : le but des « vétérans » sera de restaurer l’ordre et la paix sur Pottermore, leur site bien aimé. Mais la tâche ne sera pas de tout repos, loin de là.
Pendant ce temps là, Ombre est invité sur un nouveau groupe skype, LGT (les gros tarés !), qui accueille une génération de personnages proches de Kalis et de Myosotis (qui font toutes deux parties de ce groupe, d’ailleurs cette dernière sera assez mécontente, dans un premier temps, d’y voir Ombre).  Parmi eux, des membres de cette mystérieuse organisation appelée la DDCH, une bande de pirates informatiques sévissant sur Pottermore et dont les desseins sont encore flous. Il y’a Volpe (il est à Serpentard, maison qui lui va bien !), leur chef et créateur, manipulateur charismatique qui a pour habitude de vouvoyer les membres sur le site. Il cache une personnalité complexe : drôle et franc, parfois indifférent, il peut être aussi compatissant. Lorsque Volpe veut quelque chose, il cherchera à l’obtenir par tous les moyens, coûte que coûte. Il a l’esprit mal tourné, tout comme Malé, personnage extravagant, fantasque, fêtard, aux délires incroyables. Il est souvent adorable (notamment avec Kalis), mais c’est aussi un manipulateur-né qui aime saquer les gens et qui peut mentir pour arriver à ses fins. Il y’a aussi Cielo, qui se complait comme les deux précédents dans la manipulation et passe son temps à mentir. Connu pour avoir eu des relations compliquées et tumultueuses avec des membres comme Myosotis ou Auror, il peut se montrer aussi tendre et d’une grande gentillesse (comme, encore une fois, avec Kalis !). Il y’a Alix, qui sera le petit ami de Kalis. Enfin, Boucle (aussi appelée Cam), une amie de Potty/Kalis (l’une des personnes avec qui elle a eu le plus de délires), qui est sortie avec Volpe (celui-ci sortait aussi avec Charm, mais faisant en fait semblant de l’aimer, ah les histoires d’amour compliquées…) et qui avait une personnalité un peu naïve, mais pas dans le mauvais sens du terme. C’est d’ailleurs Boucle qui demandera à Ombre de venir aider Potty à sortir d’une grave dépression. Toutefois LGT n’accueille pas que des membres de la DDCH : il y’a Charm, Inès (une adorable jeune fille), Sushi (jeune homme très drôle à ne pas confondre avec l’ancienne représentante de Serpentard sous les quatre maisons indépendantes), Esprit (lui aussi grand blagueur mais encore une fois à ne pas confondre avec la sage de Serdaigle !) mais aussi Auror. Celle-ci, qui va beaucoup sympathiser avec Ombre (elle sera même ministre au sein du Conseil Magique par la suite), est une jeune fille d’un naturel très sympathique, mais pouvant tout à la fois être franche et hypocrite, susceptible et n’hésitant pas à cracher derrière le dos des gens sans problème. Elle en a d’ailleurs vue des belles, notamment lorsque le fourbe Cielo lui donnera de faux espoirs en prétendant l’aimer (ah, encore ces histoires de cœur…). Malin, cette fille de Serpentard d’une grande gentillesse, qui se faisait au départ passer pour un garçon, est complètement en dehors de toutes ces histoires et préfère ne pas s’en mêler (nous la comprenons…). Bref, malgré ces personnages complexes et leurs relations qui le sont tout autant, la bonne humeur règne sur le groupe LGT !
Retour sur Pottermore. Les anciens menés par Ombre, qui a proclamé la République, tentent de s’imposer sur le site. Ils ne sont d’ailleurs pas les seuls à vouloir l’ordre et la paix : c’est aussi le but d’un nouveau groupe appelé les murmureurs. Cette organisation de mercenaires dirigés par Rita, la célèbre reporter du site (qui s’est finalement décidée à soutenir et rejoindre Ombre lorsque celui-ci proclame le Conseil magique), accueille trois autres membres : Winress, mais aussi Kalis et l’étrange Albus de Serdaigle, que Rita s’est décidée à engager alors qu’ils faisaient un duel sur Pottermore. Ils deviendront plus tard une des mains armée du nouveau régime. Mais malgré leur bonne volonté, l’ordre attendu tarde à se mettre en place. En effet, l’anarchie a réveillée des tensions qui n’existaient plus depuis bien longtemps : les rivalités entre les maisons. Ces rivalités ont été oubliées durant l’ère des tyrans, où c’était les groupes (rebelles, tyrans, monarchie, impériaux) qui s’affrontaient pour le pouvoir. Mais ces tensions entre maisons ont reprit à la chute de l’Empire, notamment entre Gryffondor et Serpentard. La maison du serpent, qui est au cœur de toutes les attentions : Poufsouffle, Serdaigle et Gryffondor pointe du doigt une maison considérée comme accueillant les éléments perturbateurs et dominateurs du site. Il est vrai que certains  personnages n’aident pas à la bonne réputation des serpys sur Pottermore, comme les membres d’une ligue mangemort extrémiste, dont le but ultime est d’instaurer une caste « pure » toute puissante et de débarrasser Pottermore de ses « déchets », tels qu’ils aiment à le dire. Dirigée par Felicis, personnage morbide et sadique (qui n’est pas sans rappeler le chef d’une ancienne ligue mangemort de sinistre mémoire, Assassin, qui souhaitait instaurer une monarchie absolue à Serpentard, avant de rejoindre les tyrans), le nouveau groupe accueille un certain nombre de personnages avide d’aventure et souhaitant se faire un nom sur le site, comme Draconis ou Triton. Un autre personnage, serpent aussi, va être en partie à l’origine de ces tensions. Il s’agit de Ten, jeune fille bavarde, pleine de joie de vivre et d’humour, qui se lie rapidement d’amitié avec des personnes comme Kalis. Si comme ça elle a l’air d’une grande gentillesse, elle a plusieurs doubles comptes beaucoup moins sympathiques, dont le plus important est celui d’Adèle. Cette face sombre de Ten coupe des têtes avec ses lames, martyrise les nouveaux et appelle à « tuer du gryffy ». En criant cela en plein milieu de la grande salle, alors que Serpentard a une mauvaise réputation sur tout le site, elle va allumer une étincelle.
En effet, Gryffondor accueille un autre personnage, peut-être l’un des plus fous et des plus fanatiques que Pottermore n’ait jamais connu : Reliques. Il est alors présent dans la grande salle lors des appels au meurtre par la ligue mangemort ou par Adèle. Il observe aussi la proclamation de la République par Ombre. Pour lui, tout ceci prouve une seule chose : Serpentard est un danger pour les autres maisons. D’une part parce qu’elle accueille des personnalités violentes qui menacent l’intégrité des autres membres, d’autre part car elle accueille le gros de l’élite du site, comme Ombre, Cissa, Myosotis, Kalis et d’autres. Cet orateur né va alors se lancer dans de grands discours en plein milieu de sa salle commune ou de la grande salle, en arguant que « Serpentard est une maison dominatrice, mauvaise et décadente ». Il pointe en premier lieu du doigt le fait que, dans les livres et films « Harry Potter », Serpentard est la maison de la plupart des méchants (Voldemort, Ombrage, la famille Malefoy…), et donc les serpys de Pottermore le sont forcément aussi… Chaque jour, son discours est de plus en plus violent, discours dans lequel vont se retrouver une grande partie des gryffons. Reliques harangue la foule avec des phrases cultes, dont la plus célèbre, qui deviendra sa marque de fabrique, toujours écrite en majuscule, est « SERPENTARD EST LE MAL ! ». Par réaction à la ligue mangemort et pour lutter activement, il va créer la ligue anti-Serpentard, qui accueille de nombreux membres de Gryffondor, mais aussi de Poufsouffle et Serdaigle. Reliques s’entoure d’ailleurs d’une caste de timbrés comme Père Noël qui distribue des jouets mais aussi des claques, François qui aime les blagues pipi-caca-popo, Écarlate à l’orthographe digne d’un seigneur Sha mais surtout Accio, qui va devenir son serviteur le plus fidèle et son plus fervent admirateur (il va même finir par créer le « fan club de Reliques » en l’honneur de son mentor !). Le chef fanatique de la ligue anti-Serpentard va lui en tout cas tomber de jour en jour dans la folie pure, obsédé par une volonté de destruction de la « maison du mal », au point d’envoyer un mail à Pottermore et à JK Rowling pour supprimer la salle commune de Serpentard du site ! Reliques va finir par appeler à la « guerre sainte » contre les serpents, donnant à sa lutte une dimension divine, et voyant dans son ennemi le diable. Ces appels attisent la violence des mangemorts de Serpentard, qui veulent écraser Reliques. La guerre est toute prête d’éclater.

La guerre Gryffondor-Serpentard, un conflit idéologique violent.
Presque un an jour pour jour après la guerre Poufsouffle-Serpentard, qui avait eu lieu en juin 2013, Pottermore va connaitre un autre conflit, bien plus ravageur, long et sanglant, entre deux maisons. La guerre Gryffondor-Serpentard, qui durera environ trois semaines, sera d’une grande violence, rarement vue sur Pottermore depuis la « terrible guerre » entre les tyrans et les rebelles durant l’automne 2013. Le nom même de cette guerre peut porter à polémique : en effet, ce ne sont pas tous les membres de Gryffondor et Serpentard qui vont s’affronter entre eux, car beaucoup de membres de ces maisons seront opposés aux combats, en appelant au contraire à la fraternité. Le conflit sera ainsi mené par des extrémismes de chaque bord, donnant à la guerre une véritable dimension idéologique. D’autre part, Poufsouffle et Serdaigle finiront par y participer, de sorte qu’on pourrait l’appeler la « guerre des quatre maisons ». On divise ce conflit en trois étapes : en premier lieu, les combats violents entre Gryffondor et Serpentard ; en second lieu, l’entrée de Poufsouffle et de Serdaigle dans la guerre ; et enfin, l’offensive finale du Conseil Magique.
Les tensions entre la ligue anti-Serpentard de Reliques et la ligue Mangemort de Felicis sont à leur plus haut niveau. Tout risque d’éclater d’un moment à l’autre. C’est Reliques qui fait le premier pas : après une énième provocation d’Adèle, le double compte sadique de Ten, le fanatique décide de déclarer la guerre à Serpentard au nom de sa maison, et même de Pottermore. Une grande partie des gryffons va alors le suivre dans sa folie. Les mangemorts répliquent en déclarant la guerre à Gryffondor, mais aussi aux « êtres impurs de toutes les maisons », au nom de Serpentard, et sont alors suivis par un certain nombre de membres. Les combats commencent.
La première bataille a lieu dans la grande salle, dans laquelle ce sont les mangemorts de Serpentard qui lancent l’offensive. Ils font alors preuve d’une sauvagerie particulière, en perpétrant d’abominables crimes de guerre. Felicis et ses hommes décrivent leurs actions avec des détails sanglants, en utilisant en plus des sortilèges impardonnables (notamment l’endoloris, un de leur préféré) des armes moldues tranchantes (haches, couteaux, épées et même des scies), et prennent soin de découper les têtes, les mains et les jambes de tous les gryffons qu’ils voient sur leur passage. Ils s’attaquent aussi à des jeunes innocents de Poufsouffle, considérés comme inférieurs,  qui vont restés traumatisés pendant longtemps par le RPG macabre et morbide de la ligue mangemort. Les armées de Reliques répliquent dans une violence de même envergure, avec notamment un Accio déchainé criant les pires insultes à l’encontre des serpys et spammant des « Longue vie à Reliques !!!!» entre quelques écartèlements. Mais la bataille s’amplifie lorsque d’autres fous s’invitent : Phénix de Gryffondor qui crie son célèbre « Vive Merlin ! » ainsi que Aile de Serpentard, qui a choisi ce moment pour revenir faire un tour sur le site, casser des tables, insulter tout le monde sans raison, se battre avec son père, son frère et embrasser toutes les filles du coin. Les gryffons et les serpys se massacrent, les trolls font n’importe quoi, les plus jeunes pleurent et crient, les pacifistes demandent la paix sans succès : cette « bataille des couteaux » se termine dans un brouhaha et dans du complètement n’importe quoi. Pottermore, en une soirée, est retombé dans une folie pure. Reliques donne le coup de grâce en faisant signaler la grande salle (les autres répliquent), qui finie par être nettoyée.
Le lendemain soir, la grande salle est le théâtre d’une autre bataille tout aussi violente, voir même plus. Ce sont cette fois les gryffons qui débutent l’assaut, faisant tout autant preuve d’imagination que leurs ennemis mangemorts dans le choix des armes : Accio arrive avec une tronçonneuse, Écarlate avec une perceuse et d’autres avec des fusils mitrailleurs ! Et c’est encore la débandade. Le but semble d’être ici le plus sadique : les détails de chaque mutilations sont soigneusement décrits par chacun des combattants, qui sont tous atteint d’une forme de démence. Les mangemorts répliquent, en s’adonnant à des pratiques peu orthodoxes, comme le viol virtuel : un nouveau cap est franchi dans la violence. Ici ne seront pas précisément décrit tous les actes du genre commis par chacun, ni d’ailleurs les délires scatophiles de François de Gryffondor : le combat fut tellement réaliste et gore qu’il en était malsain. Le RPG y aura dépassé grandement les limites du recommandable. En tout cas, cette « bataille sanglante » se terminera dans un grand brouhaha et par un classique nettoyage de la grande salle. Face à une guerre complètement inutile (dont les batailles ne donnent aucun vainqueur) menée par une bande de sadiques-pervers-fanatiques en chaleur, les groupes de Reliques et Felicis commencent à perdre le soutien de certains, qui sont presque choqués face à la folie de leurs actes. Adèle, le double compte de Ten qui ne fait pourtant pas spécialement dans le détail, ne sera pas très à l’aise face aux violences sexuelles RPG, et se retournera complètement contre les mangemorts de Serpentard.
La guerre est pourtant loin d’être terminée : le conflit va même s’amplifier. En effet, alors que la grande salle est secouée par d’atroces combats et des boucheries, la ligue anti-Serpentard reçoit le soutien d’un autre extrémiste, de Serdaigle cette fois, Magyar. Fondateur du clan du perroquet, une sorte de groupe religieux vénérant la « divinité du bien », il était déjà présent sur Pottermore depuis très longtemps, à l’époque de l’Empire Pouffy. C’était d’ailleurs l’un des grands ennemis d’Ombre et avait revendiqué de nombreux signalements à l’époque. Une alliance avec Reliques lui permet un retour en grâce : pour lui, s’attaquer à Serpentard revient à s’attaquer à l’élite du Conseil Magique (et donc à Ombre), qu’il veut détruire. Reliques est aussi soutenu à Poufsouffle par les deux « bébés » : Bébé Potty et Bébé Line, les pires gamines de l’Histoire de Pottermore, qui voient dans le chef de la lutte contre Serpentard un moyen de combattre les mangemorts (nous rappelons que ceux-ci considèrent les pouffys comme des êtres inférieurs). Elles sont toutes les deux complètement folles à lier, pleurant lorsqu’elles n’ont pas leur tétine ou leur dessin animé préféré (les « OUIN OUIN ! » de Bébé Potty seront insupportables pour beaucoup), et vont pourtant retrouver leur sérieux en signant un accord d’alliance avec Reliques et en créant le mouvement « résistance aux méchants ». La guerre Gryffondor-Serpentard s’est étendue à Serdaigle et Poufsouffle : elle concerne maintenant tout Pottermore.
Toutefois, si la guerre est partout, beaucoup ne la soutiennent pas. Une grande partie des membres, de Serpentard et Gryffondor notamment, n’acceptent pas que tous ces groupes extrémistes déclarent la guerre au nom de leur maison. Beaucoup dénoncent l’attitude considérée comme débile des gryffons voyant dans Serpentard le « mal » (ou inversement des serpys soutenant les théories de Felicis), et n’aiment pas que l’on mette tout le monde dans le même sac. Ainsi, un mouvement anti-guerre se met en place sur Pottermore. Mais les pacifistes sont embarqués malgré eux dans le conflit et sont des dommages collatéraux : ils décident ainsi de lutter, non pas contre une maison, mais contre les groupes et clans qui ont plongé Pottermore dans le chaos. Les maisons se divisent, et chacune plonge dans une guerre civile (comme si la guerre principale ne suffisait pas !). A Poufsouffle, les deux « bébés » font n’importe quoi et se proclament préfets : ils donnent des ordres à tout bout de champ aux pouffys, qui eux n’aiment pas l’idée de se faire commander par ces énergumènes. Des affrontements légendaires incluant des tartes à la crème et des bombabouses secouent la maison du blaireau. A Serdaigle, la situation est encore plus compliquée : la guerre civile inclue les pro-Reliques menés par Magyar, les anti-guerres mais aussi une minorité de serdys pro-Serpentard ! A Serpentard, les affrontements sont plus sombres : Felicis s’y est proclamé Roi absolu et fait régner la terreur. Il réprime et traque les « traitres à leur sang » (en gros les anti-guerres) et les « sang de bourbes » en usant mainte fois des sortilèges impardonnables ou des signalements. Mais la plus violente guerre civile a lieue à Gryffondor : les membres commencent à se rebeller contre Reliques, qui tente de prendre le pouvoir et instaurer un régime totalitaire chez les gryffons ! Accio organise une propagande omniprésente pour son chef qu’il admire tant et lui lèche les bottes de quoi avoir la langue noire : ses slogans appellent à la mobilisation de tout Gryffondor, mais sont aussi menaçant. Ceux qui ne participeraient pas à l’effort de guerre seraient considéré comme des alliés de Serpentard et donc des « suppôts de Satan ». Des affrontements violents, emaillés d’insultes et de nettoyages (ou encore de Père Noël qui distribue des claques et des fessées comme cadeaux aux « traitres »), se déroulent dans la maison des gryffons, complètement mise à feu et à sang. La grande salle est toujours elle aussi emailée de combats, notamment des offensives menées par bébé Potty pleines de gamineries (au grand dam de la vrai Potty de Gryffondor, qui la déteste parce qu’elle porte son surnom). Le bébé en question plonge dans de véritables crises de nerf où elle finit par tout casser, entre deux pleurnicheries : c’est une véritable furie. Les batailles violentes laissent place à des bizzareries : on voit des pouffys ou des gryffons chevaucher des dragons, des diplodocus et tyrannosaures qui mangent les gens, et tout le monde transforme tout le monde en n’importe quoi (bébé Potty veut à tout prix métamorphoser Felicis en ourson…). Bref, du grand spectacle, mais surtout du grand n’importe quoi !
Mais que fait donc le Conseil Magique ? Les anciens, qui avaient proclamés la République pour réinstaurer l’ordre et la paix sur Pottermore, semblent être impuissants face au conflit qui ravage le site. C’est Cissa, Kalis et Ten (qui a beaucoup sympathisée avec Ombre), qui prennent les devant. Elles poussent Ombre à affirmer son autorité et à mettre fin à la guerre. Le président du Conseil Magique va alors prendre les choses en main et prépare une gigantesque offensive gouvernementale pour renverser les groupes extrémistes. Il organise une importante réunion avec les principaux responsables du Conseil Magique et d’autres membres influents du site : il décide alors d’appliquer la célèbre stratégie, utilisée par l’ancien général Calo durant la première grande guerre de Pottermore, de la guerre éclaire. Il faut lancer des offensives rapides, efficaces, brutales et organisées dans chaque salle commune, une par une de façon méthodique, pour que l’ennemi soit prit de court et perde la bataille. Ombre décide aussi d’une immense coalition et d’un rassemblement de tous les anti-guerres, quelque soit leur maison, pour détruire les groupes extrémistes : l’ennemi n’est ni Gryffondor ou Serpentard, mais ce sont les clans de Reliques, de Felicis, de Magyar ou de Bébé Potty, ceux qui ont déclenché la guerre pour pallier leur avidité de pouvoir et leurs lubies personnelles. Le Conseil Magique est alors un porte-drapeau, un symbole de l’unité de Pottermore. La première bataille a en tout cas lieu à Serpentard, autour d’un combat féroce, lors duquel les mangemorts seront en réelle infériorité numérique (ils ont d’ailleurs perdus des alliés entre temps). Ombre et Cissa ordonnent des signalements et des harcèlements massifs contre les membres de la ligue de Felicis, ce qui se révélera efficace, puisqu’ils finissent par jeter l’éponge. Des batailles du même type ont lieu à Serdaigle (Magyar se retire rapidement du combat, car il voit que la chance n’est pas encore de son côté, et préfère attendre son heure et rester en retrait), ou à Poufsouffle (Bébé Potty finit aussi par négocier tant elle signalée et insultée de toute part). Mais la maison la plus imprenable, la plus dure à reprendre, c’est Gryffondor. Là bas, Reliques sombre véritablement dans une réelle folie : il décide de déclarer la guerre à sa propre maison (considérée par lui comme traitre et esclave de Serpentard) et envoie de nouveau un mail à JK Rowling, mais cette fois pour supprimer toutes les maisons et en créer une seule et une unique qui portera son nom ! Accio, pourtant l’allié le plus fidèle de Reliques, est complètement décontenancé par cette décision. Ombre décide de négocier avec lui et de le raisonner, ainsi Accio se résout alors à quitter la ligue anti-Serpentard et à rejoindre la République. La fameuse prise de Gryffondor, bataille finale de la guerre, durera quatre heures. Les troupes du Conseil Magique prennent d’assaut la salle commune et affrontent un Reliques, seul contre tous mais déchainé, dans un chaos d’explosions de feux et de sortilèges lancés dans tous les sens (des incendio, des aguamenti, des expelliarmus, des impardonnables…), puis par une dose de signalements très lourde infligée au chef de la ligue anti-Serpentard. Celui-ci retrouve la voie de la raison, après un très long combat, en se résignant à négocier. Le soir même, Ombre signe avec les représentants de chaque partie le traité de paix des quatre maisons. La guerre, après trois semaines de violences, est finie.  
La guerre Gryffondor-Serpentard va profondément bouleverser et marquer la nouvelle génération qui l’a connue. Génération qui n’avait pas vécue les grands conflits entre tyrans et rebelles de l’ancien temps, et qui n’était pas préparée à tant de violence. Les nouveaux découvrent donc les joies du signalement de masse et du bannissement de compte ! En tout cas, cette victoire sur les extrémistes a permit au Conseil Magique (et donc à Ombre) de s’affirmer et de se poser en dominateur sur le site. Ce seront donc les anciens qui vont diriger le destin des nouveaux et leur apprendre les dures réalités de Pottermore. Symboliquement, et pour marquer un coup fort, Ombre organise un procès contre Reliques et Felicis, les deux grands déclencheurs de la guerre : ils seront condamnés à être ignorés pendant un mois par tous et à être signalés à chaque « bêtise » prononcée. Il est assez amusant de voir l’ancien chef des tyrans, le machiavélique Ombre Mortel, qui était en grande partie à l’origine de la « terrible guerre » (conflit non moins violent qui a connu aussi sa dose de sang, de nettoyages et bannissements…), condamner des actes « terribles » et les crimes de guerre de Reliques et Felicis. Il veut alors redorer son image et montrer qu’il est dorénavant un pacificateur. C’est un coup qui va porter ses fruits : il a alors toute autorité pour diriger Pottermore, qui va entrer dans une nouvelle période de stabilité.

La République du Conseil Magique : entre stabilité et démocratie.
Il semblait impossible qu’Ombre, après son passage calamiteux en tant qu’empereur de Pottermore et la révélation de son double-compte Mortel, puisse reprendre les rennes de Pottermore. Mais face au chaos provoqué par l’anarchie et la guerre Gryffondor-Serpentard, il s’est encore une fois posé en une sorte de sauveur, lui assurant un regain de confiance de la part des anciens mais aussi de la nouvelle génération (qui ne le connait qu’à travers quelques histoires, souvent enjolivées ou noircies). S’il reprend alors là une stratégie qu’il a déjà utilisée par le passé, il ne souhaite pas refaire les mêmes erreurs que sous l’Empire. Il décide ainsi d’adjoindre à la gouvernance du site tous les anciens qui l’ont accompagné et soutenus. C’est bien le Conseil Magique dans son entier, avec l’ensemble de ses membres, qui dirigera Pottermore. Ombre choisira parmi les ministres du Conseil non seulement ses amis de l’École du Phénix, mais aussi certains anciens vétérans qui reviennent sur Pottermore durant cet été 2014.
En effet, Pottermore connait alors un important retour d’anciens qui avaient complètement disparus. Parmi eux, le sombre et maussade Tom Jedusor de Gryffondor, aux lourds états d’âme (au grand plaisir de Miss de Poufsouffle, qui l’adore, mais aussi de sa meilleure amie Sky, qui est elle-même de retour). Certains reviennent d’outre-tombe, après des mois d’absence, comme Petit-Poulet de Serdaigle, fille adorable et qu’Ombre avait connu avant la guerre Poufsouffle-Serpentard (c'est-à-dire il y’a un bout de temps) ou même encore quelques irréductibles de l’époque de l’Empire Pouffy, comme June, Tonks, Grand-Duc ou Bacon (ancienne ministre de la mode) ! Mais il y’a aussi et surtout Céleste. L’ancienne préfète de Serpentard et chef des rebelles avec Cissa durant la « terrible guerre » avait déjà tentée un retour, qui a complètement raté (elle avait crée un double compte, mais s’était piégée elle-même, en énonçant cette phrase devenue culte sur Pottermore : « Je ne suis pas Céleste- Céleste »). Celle qui avait montré aux rebelles son goût pour le pouvoir et la manipulation (elle s’était proclamé princesse de Pottermore et avait crée un personnage tyran, Charmant), compte bien redorer son image et avoir les faveurs du président du Conseil Magique. En ajoutant à cela le retour de Lily-Luna, Hollow, Topaze, Lilas, Prim, Moon ou même encore de Aile (le fou va de nouveau tenter, pour la énième fois, de récupérer Cissa et Lilas, mais va se prendre comme d’habitude un beau rateau) et même d’anciens tyrans (Maléfice, Mystère, Chimère ou Calo qui passe faire coucou de temps en temps, ou encore Sha qui va tenter de prendre le pouvoir avec sa déplorable syntaxe), c’est toute la vieille génération qui se confronte à la nouvelle ! Il est d’ailleurs assez amusant de voir certains apprendre en retard le secret d’Ombre Mortel (à l’image de Lily Luna, qui ne va pas vouloir y croire au début). Ombre, qui peut maintenant de nouveau gouverner Pottermore, avec le Conseil Magique.
Cette fois, le dirigeant de Pottermore souhaite véritablement instaurer une démocratie. Il organise un vote pour demander la confiance des membres, puis nomme au Conseil Magique des anciens mais aussi quelques nouveaux, pour assurer une certaine diversité. Lionne devient ministre de la police ; Céleste (à sa grande joie, vous vous en doutez, et qui va bien en profiter) ministre de la justice ; Miss, ministre des arts et de l’animation; Pêche, ministre de l’éducation magique ; Cissa, ministre des créatures magiques (et aussi général des armées du Conseil Magique) ; Kalis, ministre des sports magiques ; Rita, ministre de la presse ; Reine (relativement nouvelle), ministre de la guerre ; et enfin Auror (elle aussi nouvelle, qu’Ombre a rencontré sur le groupe LGT), ministre des affaires diplomatiques. Le Conseil Magique est soumis à la confiance des utilisateurs de Pottermore, qui ont alors un véritable poids dans les décisions : ils sont en effet toujours consultés par des référendums pour les principales décisions prises par le Conseil. Les libertés les plus fondamentales sont totalement assurées, et chacun peu critiquer sans être inquiété les directives du Conseil Magique (qui doit tout de même s’assurer que certaines limites ne sont pas dépassées). Toutefois, Ombre veut tout de même garder l’importance de l’homme fort, en s’arrogeant des pouvoirs importants : c’est clairement lui qui fixe les grandes orientations pour Pottermore, lui qui représente le site lors des fêtes ou cérémonies importantes, et lui qui est le chef des armées (il peut seul déclarer la guerre). Il est par ailleurs entouré d’une garde prétorienne, qui s’assure de sa sécurité ou qui intervient dès qu’un membre l’insulte, et reçoit ceux qui lui demandent audience dans le moment « bureau de Dumbledore ». Ainsi, son but est de concilier la démocratie et l’ordre, pour assurer une stabilité et une paix durable sur le site.
L’œuvre du Conseil Magique est importante. Lionne crée une police efficace (avec notamment comme membres ses amies Rue, Doony, Pénélope) pour s’assurer de la politesse et de la bonne tenue des membres, et intervient, avec sagesse et sévérité, dès que les conversations dérapent en flot d’insultes ou en boucherie. Céleste institue un tribunal démocratique, avec deux juges qui changent toutes les deux semaines, pour gérer les procès des membres n’ayant pas respecté les règles élémentaires ou qui sont en conflits d’intérêt. Miss organise des cours de danses, des quizz, des concours de musique ou de poésie et des fêtes pour développer la créativité artistique et l’intellectuel des membres du site. Pêche, en matière d’éducation, institue des cours de toutes les matières magiques (métamorphoses, sortilèges, potions, défenses contre les forces du mal, soins aux créatures magiques, étude des moldus, Histoire de la magie, mais aussi Histoire de Pottermore !) et nomme en conséquences des professeurs volontaires qui se relaient tous les après-midi. Cissa instaure des lois protégeant toutes les créatures magiques (comme les elfes de maisons), les hybrides et les animagus (ainsi tout harcèlement envers ces membres pour cause de leur nature serait puni en plus de signalements d’une main en moins, on sent la patte de la harpie là dedans !). Pour lutter contre les dérives, bien réelles, la ministre interdit aux membres d’être deux hybrides ou plus en même temps, ou encore d’être à la fois un hybride et un animagus. Kalis organise des matchs de Quidditch role play et d’autres jeux sportifs.  Rita crée une gazette de Pottermore et nomme de nouveaux reporters. Reine réorganise l’armée en nommant des généraux et en décidant d'une intense campagne de recrutement de soldats. Elle fait interdire comme pratiques de guerre le nettoyage abusif ou le viol virtuel, et propose à Ombre d’instituer une fête nationale le jour de l’anniversaire d’Harry Potter, le 31 juillet (avec parades militaires, beaux discours, musique et feux d’artifices au programme !). Auror, elle, conseille le président du Conseil Magique sur les affaires diplomatiques de Pottermore. Ombre, enfin, va créer un immense service d’aide dans les chapitres et les salles communes, pour aider les membres à avancer dans le jeu (trouver les objets dans les moments, conseils pour les duels) ou pour leur donner les ingrédients dont ils besoin dans les potions. Ainsi le Conseil Magique organise et s’occupe de tout (parfois de choses plus farfelues, comme la règlementation des sachets de thé !), pour donner aux utilisateurs du site un meilleur cadre de vie et de discussion.
Pour instaurer plus de démocratie sur Pottermore, Ombre décide de remettre en place des préfets élus, et ainsi donner plus d’autonomie à chaque maison. Le préfet peut alors organiser les fêtes qu’il souhaite, créer son propre programme d’éducation et d’entrainement pour la coupe des quatre maisons, et même avoir sa propre police pour l’aider à mettre de l’ordre dans sa salle commune. Toutefois, cette décentralisation est toute relative : les préfets de chaque maison ont pour obligation, en cas de crise importante (guerre, rébellion), d’appliquer les décisions du Conseil Magique. Si alors ils font mal leur travail ou vont l’encontre du Conseil, les préfets peuvent se voir révoquer par le président, et de nouvelles élections sont organisées. A Serpentard, c’est Cissa, même si elle est déjà ministre, qui se fait élire haut la main (Céleste a rêvé un temps de briguer à nouveau ce poste de nouveau, mais déchante vite en voyant sa propre popularité !). La harpie est alors l’une des  personnalités les plus aimées chez les serpents, et l’une des plus influentes. Charismatique, Cissa est sans cesse à l’écoute des problèmes de chacun et s’amuse avec tout le monde, dans une salle commune de Serpentard qui est alors la plus vivante et la plus folle de tout Pottermore ! Des délires incroyables s’y déroulent, des aventures et des RP fantastiques, notamment avec la jeune Houx (gentille fille malgré une piètre orthographe), vampire qui mord toutes les personnes qui viennent l’énerver (ancienne, elle était inscrite sur l’ancien forum du Trio Infernal, et était connue pour inscrire un petit symbole de croix à côté de chacun de ses messages). Serpentard accueille un bon nombre d’autres membres particuliers : les sympathiques Océane et Franky, Sirana (qui aime affronter Kalis en duel), Thomas (à ne pas confondre avec celui de Serdaigle, il a une orthographe lamentable, conféré son « salu sava ? »), Antonin, Charm et aussi Regulus, jeune homme charmeur et blagueur. On y retrouve bien entendu la plupart des élites du Conseil Magique (ce qui fera de Serpentard la maison la plus puissante de l’époque), ou encore des anciens comme Jason, qui enquiquine toujours les nouveaux. Kalis, le ténébreux double compte de Potty (et son fameux «-Kalis fixe les flammes.») y trouve une échappatoire dans sa vie moldue. Ten, connue pour son double compte sadique Adèle, et pour sa personnalité fantasque, est un soutien important d’Ombre et du Conseil Magique. Si on ajoute à cela que quelques membres vont installer dans cette salle commune une auberge (où l’on mange et dort, oui oui), et que va se ramener un juge du genre « Cauchemar en cuisine » pour noter la convivialité de la salle (ils ont l’esprit un peu siphonné parfois, non ?), Serpentard est alors une sacré maison de petit fous (dans le bon sens, bien sûr) !
Serdaigle est une autre maison en ébullition. Cette maison, majoritairement féminine, accueille tout de même un groupe de garçons réunis autour de la sage Anémone. Il y’a notamment Chevalier, au personnage (d’où son nom) du chevalier du Catogan, fougueux et passionné par les créatures magiques (notamment les elfes et les dragons). Il adore les quêtes et les missions secrètes, qu’il mène avec Anémone (la première fois qu’ils se rencontrent, Chevalier fait faire un tour à  la doyenne de Pottermore sur son balai). Il y’a bien entendu Albus, garçon mystérieux, très intelligent et passionné de RP (il adore aussi les dragons). Appartenant au groupe des murmureurs de Rita, il se lie d’amitié avec Kalis, qu’il rencontre après un duel RP dans la grande salle (qu’Albus gagne, car Kalis le laisse gagner !). Ce cher Albus a une petite copine, Lisa, fille espiègle et sympathique (elle même sortait avant avec Quentin). Quentin, jeune garçon gentil mais effacé, est élu préfet de Serdaigle, fonction peut être trop lourde pour lui (il n’arrive pas à affirmer son autorité). Phénix, lui, est un étrange personnage, très porté sur le pouvoir, cœur d’artichaut (il a des copines partout sur Pottermore), qui va par la suite fonder le fameux clan de pan. Parmi les autres aigles, on peut citer Black (qui est très ami avec Hollow ), Dave (qui raconte des voyages fantastiques), Dodo, Loup, Coupe (marchande de hiboux et de chouettes), ReliQ (qui aime faire des énigmes), Talia (d’abord opposante au Conseil magique, elle va finir par le soutenir) mais aussi des anciens comme Ally (aux sombres humeurs), Serorme, Ecureuil et LunaL. Celui-ci, époux de la dame grise, est un personnage sophistiqué (comme dirait Anémone), qui exerce sur Serdaigle un véritable pouvoir spirituel et intellectuel. Enfin, deux mystérieuses et célèbres filles, Aella (arrivée sur le site en 2013) et Sadi, qui y joueront un rôle important. Tous les soirs, Anémone raconte l’Histoire de son personnage aux jeunes, près de la cheminée (elle petite fille du professeur Binns !). Serdaigle est ainsi, sous le Conseil Magique, une maison très particulière et hors-du-commun. Gryffondor, qualifié à l’époque de maison la plus bizzare de Pottermore, est le théâtre de grandes batailles de coussin. Poufsouffle, la maison du blaireau, a par contre perdue de sa splendeur passé. On y trouve quasiment que des gamins écrivant de quoi vous faire très mal yeux, et qui posent souvent des questions car ils ont besoin d’aide dans le jeu (« es se que vou savé ou se trouves ingrédiant armoise ? »). Il y’a là bas des personnalités comme Savannah, fille dragueuse et flamboyante, ou encore Manny, personnage aux multiples compte, certains féminins, ou d’autres masculins (cette jeune fille gamine, naïve et rieuse tente même de draguer Kalis !).
Dans cette République du Conseil Magique, la presse joue un rôle important. Chaque fin d’après-midi, la gazette, présentée par Rita mais aussi par Ombre en personne, anime la grande salle. Durant la journée, la ministre de la presse et ses reporters font des interviews (dont l’un des plus fameux portera sur les arcs des elfes), puis tout est mis en commun. D’abord sont présenté les informations de la journée (« aujourd’hui, le Conseil Magique a décidé d’interdire le bal prévu »), puis vient la rubrique Histoire (« souvenons nous de la guerre Gryffondor-Serpentard, guerre sanglante et violente qui nous marquera à jamais »), la rubrique People et ragots, dans laquelle Regulus et Cédric veulent toujours apparaitre (« Regulus a aujourd’hui tenté de draguer deux filles »), la rubrique personnage (« Cissa, harpie coriace, actuelle ministre et préfète de Serpentard, fut une grande chef des rebelles »), la rubrique reporters (« les arcs des elfes sont en bois, souples et longs ») puis enfin la rubrique fiction (où est parfois mis en scène le naufrage du Titanic ou encore une scène de meurtre à la Agatha Christie !). Ombre en profite pour parler aux nouveaux de la vieille période des tyrans qu’il a connu, et leur donner une image très positive (au grand dam de Myosotis, vous vous en doutez bien !).
Ainsi, cette période de paix et de stabilité, où le Conseil Magique veille au bon fonctionnement du site, fut qualifiée de « petit âge d’or ». Les anciens y ont parfois une impression de revivre le passé : Miss qui rentre en dansant et fait une valse avec l’ancien tyran Maléfice, Aile qui casse deux trois tables en essayant d’embrasser Lilas, Mystère qui fait une prédiction néfaste devant les rires de Jill, qui elle-même lance un couteau au nouveau ayant osé dire qu’elle était un garçon, ou encore une dispute entre Ombre et Thomas (lui aussi de visite), de quoi rappeler la vieille guerre froide. Mais cette époque d’insouciance sera bouleversée par de nouveaux évènements.

La Révolution du Roi : le retour de Jupiter sur Pottermore.
Alors qu’Ombre et le Conseil Magique gouvernent Pottermore, un ancien, qui avait complètement disparu depuis sa défaite durant la « terrible guerre », va tenter un retour pour renverser le pouvoir en place. Il s’agit de Jupiter, qui souhaite reprendre le trône de Pottermore, qui selon ses mots, « lui appartient de droit ».
Comme à son habitude, Jupiter fait un retour fantasque à bord de son célèbre carrosse tiré par des licornes roses et magiques, puis se pose, en acclamant haut et fort qu’il va reprendre sa couronne d’or (Lily Luna se moque en comparant Jupiter à un « roi avec couronne en carton pate »). Il s’assoit alors sur le siège de Dumbledore, et donne des ordres à tout bout de champ (« toi là, lave moi les pieds », « et toi ici, sert moi du vin »). Bien entendu personne ne lui obéit : les anciens qui le connaissent se moquent et se marrent, et les jeunes nouveaux n’apprécient pas franchement sa manière de leur parler. Mais l’un d’eux va véritablement plonger dans une colère noire en voyant Jupiter : c’est Aile, avec qui les relations sous la « terrible guerre » n’ont pas été très bonnes. Le fou de Serpentard s’en souvient très bien, et va de nouveau péter un câble en lançant des assiettes et des insultes particulièrement grossières à l’encontre de Jupiter. Mais Aile se fait signaler par Nuit Noire, la mystérieuse seconde du Roi, de Serdaigle : le Roi est en effet revenu avec quelques alliés, dont Vent-Gris de Serpentard ou encore Mars de Gryffondor, et même Neptune (qui pourtant avait tenté de renverser Jupiter sous la « terrible guerre »).
Devant les nouveaux hébétés, qui voient un personnage narcissique se proclamer roi de Pottermore en sirotant un cocktail, Jupiter va se créer une véritable cour en plein milieu de la grande salle. Cette cour royale accueille alors beaucoup de membres de l’ancien Quartier Général : ce vieux groupe qui était dirigé par Gourou, puis qui avait rejoint les tyrans, s’était détruit après l’abdication de Mortel. Ses membres n’ayant pas digéré les négociations de Myosotis, ils voient en Jupiter un nouveau porte drapeau et une chance de retrouver un peu d’importance sur le site. Il y’a parmi eux Lyre de Poufsouffle, fille hautaine, à la robe soyeuse et armée de son éternelle arbalète ; Sabre d’Argent, qui porte alors le surnom d’Acier Noir, et qui est nommé chef de la garde royale ; et même Gourou en personne, qui devient prêtre du roi et qui le convertit au culte de Vulcane. D’autres personnages rejoignent cette nouvelle noblesse : Charles, complètement imbu de lui-même ; Lady, son pendant féminin ; et un serpy tout à fait sympathique mais très ambitieux, défendant l’idée d’une monarchie, Dragon Noir, qui amadoue Jupiter au point de devenir son premier ministre. La cour royale se réunie tous les jours dans la grande salle, papotant d’histoires futiles et de mauvais ragots sur les membres du site, et parlant aux nouveaux qu’ils voient comme à des chiens. Tout ceci provoque naturellement des tensions, et les réunions de la noblesse du roi se terminent toujours en disputes et insultes avec les autres membres. La plus détestée reste Nuit Noire, très autoritaire et parfois même sadique (elle prépare ses potions lors de cérémonies occultes, où elle arrache les bras et mains du premier venu pour les mettre dans son chaudron). Celle qui est la voyante officielle du roi est fascinée par la magie noire, et va se lier d’amitié avec Gourou qui partage ses passions.
Mais une scène particulièrement violente va définitivement sceller l’animosité entre la cour du roi et le reste de Pottermore. Un soir, alors que la noblesse congratule Jupiter de compliments et de flatteries (« oh, majesté, que vous êtes beau », le roi répond alors « je sais, merci »), Charles décide de s’amuser un peu avec les elfes de maisons. Il en prend plusieurs, les faits tournoyés et les lance dans tous les recoins de la grande salle. Les autres membres de la cour s’y amusent aussi, Vent-Gris utilisant l’endoloris contre eux et Lyre prenant son arbalète pour transpercer ces pauvres créatures de ses carreaux. Ce célèbre évènement, connu alors sous le nom de « massacre des elfes », va totalement indigner les membres présents dans la salle, surtout que la loi Cissa sur la protection des elfes interdit ce genre de violences. Lyre, Charles, Lady et les autres refusant d’arrêter leur jeu malgré les protestations, la scène se termine en bagarre complète, dans laquelle chacun va recevoir sa dose de carreaux d’arbalète (lancés par Lyre), de coups de poings et de signalements.
Peu après le massacre, Jupiter se fait sacrer roi lors d’une cérémonie luxueuse, dans laquelle Gourou le béni au nom de Vulcane, qu’Acier Noir et ses gardes font un serment d’allégeance, que Nuit-Noire lui met une couronne sur la tête et que le reste de la cour fait un tonnerre d’applaudissement et crie « longue vie au roi ! ». Le monarque défi ouvertement Ombre et le Conseil Magique en se proclamant seul dirigeant légitime de Pottermore. Il va alors mener une véritable révolte pour assurer son pouvoir, que l’on appelle la Révolution du Roi. Il engage sa petite armée et la grande salle connait de nouvelles batailles. Mais le groupe des murmureurs, mené par Rita, va défendre bec et ongle la République. De violents combats opposent la directrice de la gazette de Pottermore et Nuit-Noire, qui s’arrachent les cheveux puis s’affrontent à coup de poignards. Les murmureurs lancent d’autres attaques contre la cour, dans lesquels les sortilèges et les explosions fusent.
Pour s’amuser un peu, alors que Pottermore est au bord d’une nouvelle guerre, Jupiter fait entrer dans la grande salle un immense canon doté de pouvoirs magiques. Chaque coup de canon équivaut alors à dix signalements, ce qui ne tarde pas à faire nettoyer la grande salle et à créer un grand brouhaha. Face à cette menace, le président du Conseil Magique Ombre n’a même besoin d’organiser une riposte : ce sont les membres de Pottermore eux-mêmes qui prennent en main la contre offensive. Tom Jedusor décide de menacer Jupiter de le pirater (avec son fameux logiciel qui ne fonctionne jamais), et voyant que ça ne marche pas le harcèle de signalements. Tous les jours, les utilisateurs s’en prennent à la noblesse royale, en signalant, proférant des insultes, menant des attaques sanglantes et violentes, ou parfois plus drôle. Éternité lance des crêpes sur Vent-Gris et Lady, et Aile le hargneux assomme Lyre et Charles en les prenant et les cognant entre eux. Tom Jedusor, dans une crise de folie, finit par signaler tout le monde sans faire la distinction entre les troupes de Jupiter et les soutiens de la République. Enfin, la modératrice Plume, qui est toujours sur Pottermore et donne un coup de main à Ombre de temps en temps, menace de bannir quelques comptes (menaces qu’elle mettra parfois par exécution) et fait ainsi valoir son autorité. Le pauvre Jupiter, de nouveau harcelé de toute part, et voyant ses troupes le lâcher, va encore une fois renoncer à la couronne. Après son départ, une superbe fête est organisée : la République du Conseil Magique a passé sa première crise avec brio. Mais une autre, plus grave, approche.

La Révolution bleue, un important mouvement de contestation.
Après la révolte menée par Jupiter, qui se termine par un échec du monarque à prendre le pouvoir, le calme semble être revenu sur Pottermore. Mais le site est secoué par une nouvelle révolution. La Révolution bleue, qui doit son nom au fait qu’elle se déroule à Serdaigle, va se transformer en véritable mouvement de contestation contre la République.
A l’origine de cette révolution, une simple histoire de bals. On est alors le 31 octobre, le jour d’Halloween. Quelques nouveaux, de Serdaigle et Gryffondor surtout, ont alors prévu un bal pour l’occasion. Le reste des membres de Pottermore apprend la nouvelle avec horreur : beaucoup de gens détestent ce genre de fêtes. Pour cause, à chaque bal, c’est un enchainement de crises de nerf et de jalousie, de violentes disputes pour savoir qui va danser avec tel ou tel cavalier et de crêpages de chignon entre gamines en chaleur. Plus tard, sur le forum francophone de la maison Serdaigle, Serorme postera cette phrase qui témoigne de l’animosité des anciens envers les bals : « Toute personne ou ensemble de personnes qui prononcera le mot BAL sera pendu ou condamnée au bûcher. Ce mot m'horripile, il est le signe de niaiseries de conflits idiots de pleurs insupportables. Oui je suis sans cœur, je l'assume ! ». Ces fêtes auront été un vrai casse tête pour les dirigeants successifs de Pottermore (que ce soit Maléfice, Chimère, Gourou, Griffe d’Argent ou Ombre), chacun trouvant une solution différente (de les interdire tout bêtement à les autoriser dans certaines conditions ou certains cas). En tout cas, une manifestation a lieue dans la grande salle pour demander l’annulation du bal Halloween. Ombre, qui s’était inspiré de Chimère sur la question (l’ancien tyran avait décidé de n’autoriser un bal qu’à Noël, et sous surveillance), et qui voit alors un important mouvement populaire contre la fête, prend la mesure de l’interdire. Face aux protestations des organisateurs du bal, il décide de consulter les utilisateurs par référendum pour confirmer sa décision et ne pas paraitre ainsi comme un dictateur. Le résultat est sans appel : Pottermore s’est très largement prononcé contre le bal, notamment à Serpentard, le bastion du Conseil Magique. Toutefois, les quelques irréductibles défenseurs de la fête dansante, à Gryffondor et à Serdaigle, ne lâchent pas et n’écoutent pas la décision du Conseil et la décision populaire. Ombre est alors contraint de rappeler au préfet Quentin de Serdaigle ses devoirs. Le président du Conseil Magique envoie aussi Jill calmer les gryffons : là bas, la préparation du bal, qui ne concerne pourtant que quelques personnes, est en train de tourner à la guerre civile ! Jill, fille au sens de la répartie remarquable et tenant toujours dans sa main un poignard, s’occupe de l’affaire comme il se doit : le bal n’aura pas lieu à Gryffondor. A Poufsouffle et à Serpentard, les préfets s’assurent que tout se passe bien : rien à signaler.
Mais à Serdaigle, ils sont plus coriaces. Qu’importe la décision du Conseil Magique, ils ont décidé de faire le bal, et personne ne peut leur interdire de faire quoi que ce soit. La pauvre Anémone, pourtant une amie très proche d’Ombre, se sent obligée de faire un pas de danse avec Black. Mais la situation tourne au vinaigre : des pleurs, des cris et des jalouses qui se disputent avec leurs cavaliers (« tu devais danser avec moi ! », « non c’est faux ! », « si c’est vrai »…). Les aigles anti-bal, majoritaires, se précipitent dans la grande salle et appellent Ombre à l’aide. Le président du Conseil Magique, qui ne peut pas compter sur le préfet Quentin, envoie les murmureurs (Albus, Rita, Kalis et Winress), réprimer le mouvement. Avec la même efficacité que Jill à Gryffondor, ils mettent rapidement fin à la fête, armés de couteaux et n’hésitant pas à les utiliser contre les plus petits aigles. L’ordre est rapidement rétablit, Serdaigle est évacué en une heure, comme si aucun bal n’avait eu lieu.
Mais le lendemain matin, les évènements de la veille n’ont pas été oubliés. Tous les participants du bal se sont réunis dans la salle commune de Serdaigle pour manifester violemment. Ils ont alors pour leader le célèbre Phénix, qui a fondé un groupe, le clan de Pan. Phénix, qui adore le pouvoir, décide de se servir et de récupérer le mouvement insurrectionnel à ses fins personnelles. Il encourage les aigles à manifester, et fait scander des slogans anti-murmureurs. Ce sont eux les premiers responsables de la répression de la soirée Halloween, et ceux sont eux les premiers tyrans qui font régner la terreur. Toutefois, le mouvement s’amplifie, et s’en prend à toutes les formes d’autorité : le pauvre préfet Quentin, qui n’arrive pas encore une fois par son manque d’autorité à maintenir l’ordre, est insulté (au grand dam de ses amis). Albus décide de protéger Quentin au sein d’un cercle runique magique. Mais le mouvement va plus loin lorsque Phénix et les autres s’en prennent directement au Conseil Magique et Ombre, qui ont ordonné l’interdiction du bal. La manifestation se transforme en vraie révolution contre le pouvoir en place. Mais le Conseil Magique, Quentin et les murmureurs ont aussi leurs soutiens à Serdaigle, et chacun des deux camps se font face, menaçant la salle commune d’un violent combat. Albus et Rita sont plantés, impassibles, prêts à intervenir. Phénix, pendant se temps là, harangue la foule, qui entonne des slogans anti-autorité : « A bas le Conseil Magique ! », « Ombre démission ! », « A bas les murmureurs ! », « Quentin démission ! », « Vive l’anarchie ! ». Si le clan de pan est officiellement pour l’anarchie sur Pottermore, Phénix rêve en fait tout simplement de devenir président du Conseil Magique à la place d’Ombre. Les murmureurs décident en tout cas de réprimer à nouveau le mouvement, avec signalements en prime. Phénix fini par négocier avec Ombre, qui est présent et observe les évènements avec son compte aigle Slug. Au bout de vingt minutes de discussions au sein du moment « bureau de Dumbledore », le chef du clan de Pan décide d’abandonner la révolte, en échange d’une amnistie totale, de plus de démocratie et d’un arrêt de la répression. Le préfet Quentin décide de démissionner, sur la pression d’Ombre et de Cissa, et de nouvelles élections sont organisées (Albus et Sadi, nouvellement arrivée, seront tous deux élus préfets de Serdaigle). L’ordre est enfin rétablit à Serdaigle.
Et pourtant, la Révolution bleue n’est pas terminée. En ce début d’après-midi du 1er novembre, le calme semble revenu et les évènements du matin sont oubliés. Pourtant, un autre clan, celui du perroquet, décide d’intervenir. Son chef, Magyar, qui avait disparu depuis la chute de Reliques lors de la guerre Gryffondor-Serpentard, a observé le mouvement. Une insurrection contre le Conseil Magique et Ombre, son pire ennemi, voilà le bon moment pour prendre le pouvoir. Tout comme Phénix, Magyar qui prône lui aussi officiellement l’anarchie, rêve en fait de prendre la tête de Pottermore (et cela depuis près de deux ans !). Il a attendu trop longtemps son heure. Le chef du clan du Perroquet envoie donc deux de ses fidèles (Jeanne et Marie) provoquer une insurrection et un coup d’Etat. Les deux filles scandent, comme Phénix le matin, des slogans contre toute forme d’autorité et de pouvoir (elles spamment pendant des heures des « préfets des quatre maisons, démission ! », ou des « Ombre dégage ! »), et appellent tous les aigles à se révolter. Magyar les envoie aussi dans la grande salle, ainsi que d’autres de ses fidèles à Serpentard, Gryffondor et Poufsouffle. Mais à la grande satisfaction d’Ombre, un grand mouvement de soutien au Conseil magique se lève. Cissa, Ten, Kalis, Albus, Rita, Jill, Jason et même Talia (qui était pourtant une ancienne opposante), font partis du mouvement. A Serdaigle, Anémone, qui est une amie très proche d’Ombre, va choquer tout le monde en criant son fameux « la ferme ! » à l’encontre de Marie (cette phrase marquera encore pendant longtemps, personne n’imaginait la doyenne de Pottermore hurler une grossièreté !). La police de Lionne réprime avec efficacité les attaques des membres du clan du perroquet. Finalement, le coup d’Etat rate, et Magyar rappelle ses alliés. Cette Révolution bleue, simple manifestation qui se transforme en révolte récupérée et attisée par les groupes extrémistes, se termine par une victoire du Conseil Magique. Toutefois, le pouvoir en place a failli basculer et a été mis en grand danger (Ombre qualifiera alors Serdaigle, avec une pointe d’humour, de « foyer des insurrections », maison qui a toujours eu un rapport complexe avec l’autorité). Toutefois, malgré cette victoire, Magyar n’a pas dit son dernier mot.

SUITE EN DESSOUS.


Dernière édition par Ombre le Mer 20 Avr - 22:49, édité 3 fois

Ombre

Messages : 35
Date d'inscription : 22/10/2015
Age : 19

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Pottermore: Chapitre 8.

Message par Ombre le Mar 19 Avr - 16:55

LA SUITE.


Le coup d’État de Magyar : la chute du Conseil Magique.
Avec la Révolution bleue, Ombre a bien cru que c’était le début d’une immense révolution contre le Conseil Magique. Mais il a bien vu que la majorité de Pottermore le soutenait encore. Toutefois, une importante opposition s’est formée autour de personnalités comme Phénix, ou encore du chef du clan du Perroquet, Magyar, qui souhaite toujours le voir partir une bonne fois pour toute du pouvoir.
Peu après les insurrections à Serdaigle, le président du Conseil Magique reçoit le soutient d’un Gryffondor, aux manières ampoulées mais très ambitieux, Charlie. Celui-ci sait comment flatter l’égo d’Ombre avec des compliments de toute sorte et une fidélité sans faille (en gros de quoi lui cirer les bottes), et obtient les faveurs du président du Conseil Magique. Ombre décide alors de faire de Charlie son vice président. Très grave erreur : le gryffon profite très rapidement de sa position, et donne une mauvaise image du Conseil magique en faisant preuve d’autoritarisme ou en appelant à traquer l’opposition. On commence alors de nouveau à crier à la dictature, même quelques serpys (comme Ten, qui s’est disputée avec Charlie). Une importante manifestation pour réclamer la démission des membres du Conseil et des préfets ainsi que la chute des murmureras a lieue dans la grande salle. Tout ce qu’Ombre ne voulait pas : à cause de Charlie, il a maintenant de nouveau l’image du tyran. Ceci n’a bien entendu pas échapper à Magyar, qui va en profiter.
Pendant ce temps, un secret est révélé. C’est le secret de Potty et de son double compte Kalis. Personne ne sait (à part Ombre, Lionne, Rue, Pénélope, Myosotis et quelques autres membres dont ceux de la DDCH), qu’ils sont la même personne. Mais un membre de la DDCH, Rune de Serdaigle, va révéler en plein milieu de la grande salle son secret. Peu avant, il avait menacé Potty de le faire, si elle ne l’avouait pas elle-même. Rune va lui dire précisément : « Tu n’assumes même pas d’être une fille ». Potty ne veut pas, et le supplie, mais rien à faire. La nouvelle fait l’effet d’une bombe, comme antérieurement la révélation du secret d’Ombre Mortel. Les gens sont choqués, voir tristes ou déçus. Certains même partent. Les réactions les plus violentes viennent des proches de Kalis, comme Démony, Kendra, Charm ou encore Roger (l’un de ses meilleurs amis). Ally, qui va l’apprendre plus tard, sera aussi très en colère à cause de cette nouvelle, refusant ainsi de parler à Kalis pendant quelques temps et l’insultant même sur l’École du Phénix. Le lâche sera aussi très choquée, car elle avait une histoire avec Kalis ! Toutefois toutes ces personnes finiront rapidement par lui pardonner. Kalis arrive d’ailleurs à retourner la situation en sa faveur, car certains continueront toujours à la voir comme un garçon.
Alors que la révélation du secret de Kalis alimente les discussions sur Pottermore, Ombre tente une campagne sur Pottermore pour rehausser sa popularité. Chaque jour, il fait preuve d’une grande chaleur et d’une grande gentillesse avec tous. Il est très courtois et serviable, et vient à l’aide de toute personne qui en a le besoin. Si cette campagne a ses succès, elle doit faire face à celle organisée par Magyar pour décrédibiliser le président du Conseil Magique. Le chef du clan du Perroquet envoie dans les salles communes ses laquais pour diffuser une propagande anti-Ombre, en appuyant bien sur le fait le dirigeant de Pottermore fut l’ancien chef des tyrans (un argument convaincant, il faut le dire !). Ombre, même si il est encore soutenu par beaucoup, commence à baisser les bras. Il commence être dégouté par une Pottermore qu’il ne reconnait plus : beaucoup des anciens revenus pendant l’été sont partis, l’ambiance est redevenue maussade et triste sur Pottermore, et il ne se passe plus grand-chose, mis à part disputes et nouveaux projets de bals.
Magyar, profitant de cet instant de faiblesse d’Ombre, va faire son fameux coup d’Etat. Il demande à ses fidèles présents sur Pottermore de se tenir prêts. Le chef du clan du Perroquet, dont les apparitions sont rares (même si il a des espions et des doubles comptes partout, d’où son surnom de « parasite » que va lui donner Ombre), fait un discours très éloquent dans la grande salle, en accusant le président du Conseil Magique d’être un dictateur sans pitié, mettant en avant le passé de l’ancien chef des tyrans. Il dénonce un mépris des libertés, en pointant du doigt la répression de la Révolution bleue. Il s’en prend aussi aux murmureurs (qu’il qualifie de « criminels »), au vice-président Charlie, à Cissa (qu’il décrit comme étant une « harpie sanglante), à Lionne la ministre de la police et à Kalis (dont il pointe le mensonge récemment révélé). Il dénonce aussi mépris des anciens envers les nouveaux (que certains ressentent). Il est alors soutenus par quelques membres, et par des vétérans comme Ginny (qui malgré ses liens avec Ombre est une anarchiste convaincue), Myosotis (pas spécifiquement anarchiste mais qui veut voir Ombre tomber une bonne fois pour toute) et Dragon Noir (sympathique serpent qui avait rejoint Jupiter, et qui veut alors avoir les faveurs de Perroquet). Magyar organise un référendum truqué (souhaitez vous gardez Ombre ou voulez vous l’anarchie ?), en faisant intervenir tous ses double-comptes, ses fidèles et ne prenant pas en compte le vote des soutiens du Conseil Magique.
On s’attend alors d’Ombre qu’il conteste les résultats : mais non. A la surprise générale de tous, même de Magyar, il démissionne. Mais pourquoi ? Le référendum a montré qu’il avait encore énormément de soutiens. Mais Ombre en a marre, il n’a plus l’envie de diriger Pottermore. Il ne se sent plus chez lui sur le site, comme bon nombre d’anciens. Déçu de l’attitude de certains, il veut partir. Le coup d’État de Magyar est ainsi un bon prétexte pour abandonner le pouvoir, mais aussi partir du site. Cela faisait quelques semaines que cette idée trottait dans la tête d’Ombre, qui abandonne la direction du site après un bilan de presque un an. Malgré Ten, Kalis, Cissa et bien d’autres qui le supplient de rester, rien à faire. En tout cas, Magyar est bien sur très heureux de cette décision. Ceux qui croyaient, comme Myosotis, que le chef du clan du Perroquet souhaitait instaurer l’anarchie, se trompent lourdement. Magyar a d’autres plans pour Pottermore…

Conclusion : la fin de la République.
Voilà, Ombre est définitivement parti du pouvoir, mais aussi de Pottermore. Beaucoup d’anciens, qui avaient l’espoir de retrouver le site qu’ils avaient connus, prennent conscience que Pottermore ne sera plus jamais comme avant. La vieille génération laisse la nouvelle prendre son destin en main. Toutefois, la République n’a pas été un échec : avec un record de longévité (5 mois), elle a connu son âge d’or et a passé certaines crises avec brio. L’épopée du Conseil Magique restera riche en évènements, en révélations et en personnages. Mais l’heure tourne : l’Histoire de Pottermore touche bientôt à sa fin.

Ombre

Messages : 35
Date d'inscription : 22/10/2015
Age : 19

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Pottermore: Chapitre 8.

Message par Kalis Antoy le Mar 19 Avr - 17:26

Super chapitre, encore une fois ! Dommage que le sujet de la DDCH ne soit pas mis en avant car ils ont eu des rôles très importants pour le site et ce depuis le début de toutes ces guerres^^
J'ai tout de même demandé à ce que les secrets et les informations sur eux ne soient pas tous mis, car certains pouvaient mener à un déroulement tout à fait différents. Pour la révélation de mon DC, ca s'est déroulé aussi un peu différemment de ce qui est raconté car tout ne s'est pas dérouler que sur PM , cependant je préfère garder le secret ^^



Kalis Antoy

Messages : 140
Date d'inscription : 22/10/2015
Localisation : Juste là.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Pottermore: Chapitre 8.

Message par Océane le Mer 20 Avr - 12:13

Il est super ce chapitre ! Je crois que c'est mon préféré parce que je me rappelle de tout x) enfin bref ouais j'suis sympathique et j'attends la suite avec impatience Ombre Smile


T'es qui toi? drunken
avatar
Océane

Messages : 99
Date d'inscription : 22/10/2015
Age : 17
Localisation : Là où l'on désire me trouver.

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Pottermore: Chapitre 8.

Message par AlbusRaven le Dim 24 Avr - 0:44

Ctrl + F 'Albus', tout simplement, le reste a l' ''air'' sympa x)



Echec et mat. Rejouons. -Raven I
avatar
AlbusRaven

Messages : 79
Date d'inscription : 22/10/2015
Age : 100

Revenir en haut Aller en bas

Re: Histoire de Pottermore: Chapitre 8.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum